Le Glassmorphism : une tendance pérenne ?

décembre 20, 2020 0 Par KiLliAn_Le_MoAl
Temps de lecture : 4 minutes

Années après années, le design évolue dans tous les secteurs d’activités. Le web, lui ne fait pas exception à la règle. Après avoir connu le skeumorphism, le flat design ou encore le material design, quelle nouvelle des tendances de webdesign les webdesigneurs ont-ils encore créée ? Décryptage.

Le Glassmorphism

Le webdesign, en recherche de constante évolution.

Un des derniers articles traitait justement de webdesign et notamment de la tendance du Neumorphism. Nous avons fait une rétrospective des tendances principales du design sur le web à travers le temps. Le dernier en date, le Neumorphism à poussée comme des des champion, sur Dribble, Behance, … mais forcé de constaté que ce dernier n’est pas autant utilisé que les webdesigneurs le voulaient ! Simplement un design créé par la passion du webdesign sans considération de l’utilisateur.

Aujourd’hui, ils (les webdesigneurs) ont encore frappé ! Dans la continuité du Neumorphism, voici le tout nouveau Glassmorphism !

Titre du Glassmorphism
La nouvelle tendance du Glassmorphism

Et oui, car une nouvelle année sans nouvelle tendance du web n’est pas quelques choses d’envisageable ! Alors les webdesigneurs se sont mis au travail !

Apple, encore le nouveau fer de lance ! Le Glassmorphism comme arme d’aujourd’hui.

Après avoir popularisé le skeumorphism il y a plus de dix ans maintenant, Apple s’est remis au travail niveau webdesign !

La firme californienne a décidé de lancer le Glassmorphism par de subtile touches dans sa nouvelle version de MacOS, la version Big Sur.

Dans cette version de MacOS, Apple montre ce nouveau type de design au travers des différentes fenêtres lors de la superposition d’éléments comme l’image ci-dessous le montre. Un mélange de transparence lié à un effet de verre, tel est la recette du Glassmorphism.

Comment faire du Glassmorphism ?

Le Glassmorphism est un mélange de couleurs, de lumière et d’opacité, car la transparence est le maître-mot dans cette tendance. Il s’inspire d’un verre légèrement fumé pour disséminer l’élément antérieur tout en gardant ce dernier dans l’œil de l’utilisateur.

Pour en créer, il faut tout d’abord baisser l’opacité de l’objet en question, mais attention, il ne faut pas baisser son contour, nous verrons après pourquoi.

Photo montrant la différence d'opacité entre l'objet et son contour pour le Glassmorphism.
Il faut baisser l’opacité pour créer du Glassmorphism.

Un effet de d’ombre (de shadow) est aussi à appliquer.

Concernant le contour, cela doit simuler le côté tranchant d’une vitre polie avec des contours arrondis pour donner une impression de douceur. Cela aide la fenêtre à se détacher de l’écran et de la fenêtre caché en arrière-plan.

Photo montrant les contours du Glassmorphism
Les bords tranchants du Glassmorphism

Des webdesigneurs au taquet sur la création du Glassmorphism !

Bien évidemment, les webdesigneurs n’ont pas attendu Apple pour montrer ce qu’ils savent faire !

En ce début d’année, les sites tels que Dribble ou Behance commencent à se remplir de Glassmorphim… de la même manière que le Neumorphism précédemment !

Voici d’ailleurs un petit extrait des créations de certains.

Des problèmes déjà connus ? Le Glassmorphism déjà touché !

Et oui, le glasmsorphism fait plaisir aux webdesigners tout comme le Neumorphism l’a fait, mais ces derniers ont pensés visuels et non utilisation.

L’accessibilité est aujourd’hui quelques choses d’essentiel sur un site web ou une application, elle permet de rendre ladite création utilisable par tout le monde et par tous les temps. C’est d’ailleurs le créneau sur lequel se place la certification Opquast sur la qualité web.

La différenciation de l’arrière-plan par rapport au sujet peut poser des problèmes de lisibilité au Glassmorphism tout comme lorsque qu’un bouton est utilisé ou un paramètre activé.

Le style évolue, mais les problèmes restent les mêmes !

Si ces problèmes d’accessibilité sont revus alors peut-être que le Glassmorphism pourrait faire une avancé remarqué dans notre quotidien.


Le webdesign représente ce qu’est la peinture à l’artiste : un travail de passionné. Ce dernier s’effectue en solo sans concertation avec les gens qui pourront le voir ou interagir avec. Seul le webdesign guidé par l’utilisation et non la passion pourra se permettre de se faire une place sur ce marché si virevoltant. Le Glassmorphism est pour le moment, mais ira t-il rejoindre le cimetière des tendances du webdeisgn ? Seul un avenir plus ou moins proche sera nous le dire…